Nicolas Marmion
1751 - 1837
sa vie, ses poèmes



Nicolas Marmion, grand-père maternel d'Hector Berlioz, a toujours été méconnu. Issu d'une grande famille de médecins, il est avocat à Grenoble. A la Révolution, il se retire à Meylan pour se consacrer à ses enfants, à son verger et à l'administration communale.
Ce livre analyse une particularité historique troublante : sa femme, Victoire Desroches serait la fille non reconnue du comte Dagobert de Waldner de Freundstein ; ainsi Berlioz descendrait, sans le savoir, d'une lignée de prestigieux comtes alsaciens. 
C'est aussi un poète qui aime la poésie et s'appelle volontiers "troubadour de village". Sa correspondance est écrite en vers. Il est l'auteur d'élégies, d'épîtres et d'odes. Versificateur invétéré, on conserve de lui plusieurs cahiers de lettres en vers reproduits dans ce livre.
Les événements familiaux sont souvent prétextes à la poésie. Ainsi écrit-il une longue ode à sa fille - la mère de Berlioz - le jour de son mariage :

Je ne veux point, fille aimable et chérie
Vanter ici des dons trop passagers
As-tu besoin d'éloges mensongers
Je blesserais ta douce modestie.
Ah ! c'est ton cœur, ce cœur sensible et bon
Dont l'amitié n'offre point de modèle
C'est ta candeur, ton aimable raison,
Que veut chanter ma muse paternelle.
Qui mieux que moi connais ce que tu vaux
Moi qui suivis ta modeste carrière
Depuis l'instant hélas qu'à la lumière
Je vis s'ouvrir tes yeux dans ton berceau.
Ne rougis point, ma chère Joséphine
De cet aveu si doux à prononcer.
De tes vertus le pouvoir me domine
Et la nature a besoin de parler.


Le livre vous est proposé au prix public de 26 Euros (port en sus : 4 Euros).
     Nombre de pages : 408
     Format : 18 x 24 cm
     ISBN : 2-9516187-2-7
     Illustrations N&B et couleur
 

Retour à la page d'accueil